Conférence de Presse du 05 juin 2020

L’INTERVENTION DE BERNARD UTHURRY :

A trois semaines du second tour des municipales nous avons souhaité faire savoir aux Oloronaises et aux Oloronais quel est notre état d’esprit, quelles sont les perspectives à court terme de notre liste, comment nous allons les faire partager.

Le second tour est inédit à Oloron. Quatre listes à nouveau sur la ligne de départ, c’est du jamais vu. Cette campagne redémarre sur des invectives entre les deux listes qui forment encore à ce jour la majorité en place. C’est étrange. 

Marie-Lyse Bistué, notre infatigable directrice de campagne vous dira comment, passée la première semaine de confinement, nous n’avons pas cessé de nous réunir, nous sommes restés concentrés, au travail, et comment, toutes et tous, nous avons accompli un bond technologique dans les audio et les Visio réunions !

Je veux d’abord dire un énorme merci, à celles et à ceux qui ont permis de traverser cet épisode inédit: les soignant-e-s bien sûr et toutes celles et ceux qui ont permis que notre quotidien reste viable, vivant même.

Le programme que nous vous avions proposé est plus que jamais d’actualité. Nous l’avons enrichi par des propositions locales concrètes issues de l’analyse de la crise et de ses conséquences économiques et sociales prévisibles et propices  au rebond économique, social et environnemental dans lequel nous voulons engager OLORON SAINTE-MARIE

Ces propositions seront, dans les jours qui viennent, portées à la connaissance des Oloronaises et des Oloronais.

La crise sanitaire et l’arrêt massif des activités pendant ces longues semaine ont déjà des répercussions importantes sur la psychologique collective, sur l’éducation, sur l’économie et donc sur l’emploi…

Dans ce contexte, les propositions initiales du projet que nous avions présentées avant le premier tour prennent davantage de sens encore :

–              Pour la réussite de nos écolières et de nos écoliers dont la rentrée de septembre mobilisera notre énergie tout l’été durant pour que les espaces nécessaires soient libérés pour que toutes et tous bénéficient d’un enseignement aussi qualitatif que si l’épidémie n’existait pas.

–              Ce sera pour nous, si nous sommes élu-e-s, l’occasion de reconquérir l’attractivité perdue de nos écoles pendant ces six dernières années.

–              Dans nos propositions pour mieux vivre ensemble, partout, dans les quartiers urbains comme dans les quartiers ruraux, les enseignements de la crise, la révélation encore plus évidente de la vulnérabilité, de l’isolement d’une partie de la population nous a conduit à préciser nos actions, à les concrétiser, à les inscrire dans un agenda plus serré.

–              L’urgence économique, sociale et écologique sera plus que jamais la boussole de l’action municipale.

–              Nos entreprises, dans tous les domaines ou presque, souffrent de l’arrêt ou de la diminution de la production, de la chute de leur chiffre d’affaire. Entre soutien à leur trésorerie, accompagnement à la diversification et renforcement de leurs fonds propres, la Ville, au sein de la Communauté des Communes devra s’investir pour déployer les dispositifs de l’Etat et de la Région.

–              C’est mon travail au quotidien, pour les TPE et les PME, pour les commerçants, les artisans, les agriculteurs, les professionnels du tourisme…

–              Il en va de l’emploi dans notre territoire.

–              Ce moment nous donne aussi le devoir de revisiter avec plus d’attention encore la production et la consommation et nos comportements dans une perspective plus conforme aux très fortes exigences environnementales et climatiques.

L’action publique locale se conçoit à l’échelle de la commune et nous serons les garants de la proximité, de l’écoute, d’une véritable démocratie participative en actes, de la solidarité intergénérationnelle…

L’action publique se conçoit aussi dans le cadre intercommunal, à la Communauté des Communes que j’ai déjà présidée dans sa configuration précédente, et dont le rôle primordial ne m’échappe pas et n’échappe à personne dans notre liste.

J’ai déjà démenti publiquement la rumeur d’un arrangement, d’un partage des responsabilités communales et intercommunales avec l’actuel président de la CCHB. Rumeur propagée sans aucune preuve bien sûr par Hervé Lucbéreilh.

Je le déments une nouvelle fois, une fois pour toutes, sans ambigüité.  Et je n’y reviendrai pas. J’ai trop de respect pour les électrices et les électeurs et je ne trafiquerai pas dans leur dos des acoquinements avec les responsables actuels de la mairie et de la communauté des communes. Ce n’est pas l’ADN d’OLORON EN COMMUN.

Nous sommes pour le moment dans une séquence municipale, comme c’est le cas dans plusieurs communes du territoire. Plus tard viendra le moment de proposer un changement de cap, une orientation plus conforme aux nécessités économiques culturelles et écologiques du Haut-Béarn.

Nous n’avons pas donné suite à la demande de fusion proposée par LCO 2020. Sami Bouri en parlera. Je retiendrai autant la convergence de nombreux objectifs que nous partageons que les divergences dans le rythme et dans le bouleversement de notre liste que cet accord appelait à deux jours de la déclaration des candidatures.

Dans trois semaines, nous voterons.  Si la propagation du virus est maîtrisée, si les consignes de prudence sont respectées.

L’abstention lors premier tour fut importante, moins dans notre commune qu’ailleurs. Il est possible que ce phénomène se reproduise.

Le vote par procuration permet de faire vivre la démocratie pour toutes et tous dans ces circonstances particulières. Nous serons dans cette perspective à la disposition de nos concitoyen-ne-s qui le souhaiteront.

L’INTERVENTION DE MARIE-LYSE BISTUÉ :

Nous sommes en campagne depuis 1 an maintenant. 

 1 an pour murir un projet, en tenant compte au plus près de la réalité du quotidien des oloronaises et des oloronais et de l’idée qu’elles et ils se font de notre ville et plus largement de notre territoire, pas de ce qui nous semble bien à nous.

1 an pour constituer une équipe de femmes et d’hommes qui partageons les mêmes valeurset pour autant mettent au débat chaque sujet.

Une méthode de campagne exigeante, participative, pour aboutir à un projet collectif avec l’engagement fort de notre équipe de transformer cette méthode en outil de gestion municipale.

Le premier tour a eu lieu dans les conditions que l’on connait, une crise sanitaire brutale, inédite qui retient bon nombre d’électeurs et d’électrices de s’exprimer, à Oloron comme ailleurs, même si à Oloron moins qu’ailleurs.

Au soir du premier tour, malgré les résultats encourageants, cette permanence est restée fermée. Nous n’y sommes revenus que le 11 mai et multiplions les réunions par ½ groupe pour respecter la distanciation physique.

Pour autant nous nous sommes adaptés aux outils numériques, en avons usés et abusés : les plateformes audio, visios nous ont permis d’actualiser notre programme aux vues des exigences sociales, organisationnelles, économiques, engendrées par la crise sanitaire.

Chaque samedi matin nous nous retrouvons en visio, et les commissions thématiques ont lieu en audio.

Nous avons retrouvé le plaisir de travailler à nouveau dans ce local pour programmer la suite de cette campagne avec un entre deux tour très très long. Il est long pour toutes les équipes d’ailleurs. Il laisse la place et le temps à des rumeurs très organisées de circuler, a des tractations de dernières minutes de se profiler. Il reste encore beaucoup de temps.

Nous, nous avons choisi de l’optimiser.

Nous retournerons à la rencontre des oloronaises et oloronais :

Nous distribuerons un tract dès ce week end, en prenant le temps de convaincre encore.

2 fois par semaine nous posterons des vidéos sur les réseaux pour expliquer comment nous avons enrichi notre projet.

Nous irons discuter avec les gens, là où ils sont, sur les places, dans les quartiers selon la méthode des écoutes larges. C’est une méthode qui permet de récolter la parole des habitants au plus près de leurs préoccupations et de leurs besoins, de croiser tous ces points de vue pour adapter au mieux les politiques de la ville. Nous utiliserons cette méthode si les oloronais choisissent OLORON EN COMMUN.

Nous redistribuerons à nouveau un document, nous ne lâcherons pas le terrain, nous appellerons à nouveau la confiance des oloronaises et des oloronais, jusqu’au dernier jour.

L’INTERVENTION DE SAMI BOURI :

Nous avons En Commun avec la LCO, d’indéniables lignes de convergence s’agissant dans notre programme de Bien vivre à Oloron Ste-Marie, et donc de circulations apaisées, de redynamisation des centre-ville, de transition écologique, de solidarités et de services publics, de soutien et de structuration continuée de l’économie territoriale…

Nous avons d’ailleurs participé les un-e-s et les autres à des ateliers de réflexion collective, leurs membres au nôtres l’été dernier, certain-es d’entre nous aux leurs, entre septembre et novembre, ceci afin d’élaborer nos programmes sur l’indispensable mode de la démocratie participative.

Mais il y a aussi d’importantes divergences (et c’est sans doute heureux sur le plan de la vitalité démocratique), en termes d’approches générales de mise en œuvre des programmes, que nous voulons résolument progressive, encore et toujours participative, en termes de cohérence d’ensemble aussi, en nous appuyant d’abord sur les structures économiques, sociales écologiques existantes sur notre territoire, enfin en termes de faisabilité de certain projet.

Ces différences pourraient cependant être considérées comme relativement mineures, si n’était qu’elles viennent se surajouter à des contradictions majeures de la LCO vis à vis de nous-mêmes (comme d‘elle-même d’ailleurs), i.e. vis-à-vis de notre démarche de construction participative de notre programme, qui animera aussi notre mandat, si les oloronais-es nous font confiance le 28 juin.

Nous avons en effet été fort surpris-es de recevoir cette invitation à fusionner, et de la recevoir si tardivement.

En effet, durant toute la campagne, la LCO n’a cessé de stigmatiser notre soi-disant appartenance au « vieux monde », à la vieille société politique, que nous partagerions selon elle, avec les listes de droite. Il s’agit d’une assez forte remise en cause du principe de représentation politique, par l’élection démocratique. Or, si aujourd’hui il faut effectivement, ce que nous nous attachons à faire scrupuleusement, redonner sa seconde jambe, participative, à la marche de la vie pol démocratique, pour plus d’animation citoyenne, de légitimité des décisions, d’intelligence collective, on ne peut pas confondre, pour les dénoncer qui plus est, tou-te-s les représentant-e-s pol, tous les élu-e-s. Nous affirmons avec force et avec fierté, que nos élu-e-s, les actuel-le-s comme celles et ceux qui le seront bientôt, si les oloronais-es nous font confiance, sont pleinement engagé-e-s avec intégrité, pour remplir leur fonction politique, i.e. servir le bien commun, le bien public à Oloron Ste-Marie et sur son territoire, et ceci à l’inverse de certaines pratiques douteuses de l’actuel maire, ou de la faiblesse des actions et des propositions de l’actuel Pdt de la Com Com.

L’étonnement est redoublé, quand la demande intervient si tardivement, à 3 jour du dépôt des listes des candidats-e-s pour le 2nd tour, alors que nous, à Oloron En commun, une fois passés quelques jours de sidération de confinement, sommes au travail de préparation du second tour, et de notre éventuel mandat, depuis le 20 mars.

Depuis bientôt un an, nous travaillons en concertation, avec plus d’une centaine de militant-e-s actif-ve-s quotidiennement, des centaines de citoyennes consulté-e-s, et concerté-e-s, 1600 électeur-ice-s qui nous au fait confiance au 1er tour. Et il faudrait au final remettre en cause tout ce travail de démocratie participative (contradiction majeure avec le principe même de leur démarche politique), pour devoir en outre concéder des points de nos engagements programmatiques, et des postes d’élu-e-s et d ‘adjoint-es, en nombre, que la LCO exigeait. Si cela avait pu être débattu démocratiquement au sein d’OEC, 3 semaines encore avant le 2 juin, cela ne le serait décidément absolument plus, à 3 jours. Pour nous et nos électeur-ice-s, comme pour elles et eux, dont nous respectons la candidature.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :